Les passions au temps de COVID

Le 23 janvier 2021 s’est déroulée une table-ronde en ligne organisée par Inna Merkoulova depuis l’Université Académique d’État en Sciences Humaines à Moscou. Ont participé à cette table-ronde : Jacques Fontanille (Limoges), Juan Alonso Aldama (Paris), Sémir Badir (Liège), José Maria Paz Gago (La Corogne), Kestutis Nastopka (Vilnius), Jean-François Bordron (Limoges), Lucrecia Escudero Chauvel (Lille), Jean-Marie Klinkenberg (Liège), Massimo Leone (Turin/ Shanghai), Jacques Dürrenmatt (Paris), Hamid Reza Shairi (Téhéran), Tiziana Migliore (Urbino), François Rastier (Paris), Neyla Graciela Pardo Abril (Bogota), Susan Petrilli (Bari/ Adélaïde), Didier Tsala Effa (Limoges), Gaston Cingolani (Buenos Aires), Franciscu Sedda (Cagliari), Bianca Suarez Puerta (Medellin), Rahilya Geybullayeva (Baku), Frédéric Laugrand (Louvain), Natalya Emelyanova (Moscou), Marina Merkoulova (Moscou), Inna Merkoulova (Moscou).

On trouvera ci-dessous le texte de mon intervention.

Sémir Badir

 

 

J’avais confié à Inna Merkoulova, qui m’avait fait l’honneur de me le demander pour le publier sur le site de son université (GAUGN), un texte qui entendait faire écho à la situation que nous connaissions à la fin du mois d’avril dans mon pays, la Belgique, comme dans certains pays voisins. Cette situation avait deux aspects frappants : une immobilisation inédite de toutes les activités sociales, et en revanche un grand déploiement de réactions émotionnelles et verbales, en particulier dans les journaux et sur les réseaux sociaux, mais aussi aux fenêtres des maisons.

À la dynamique actionnelle et narrative habituelle, semblait s’être substituée une dynamique passionnelle et modale. Le virus, dont la très grande majorité d’entre nous n’était pas en mesure de constater l’efficience, suscitait en nous, en chacun de nous (et pas seulement dans les journaux), des passions violentes. Pour les détailler un peu, et puisque que je parle à des intellectuels (que j’en suis un moi-même), je donnerai à ces passions une forme interrogative (quoique cette forme n’est certainement pas la plus commune parmi nos concitoyens). Que voulions-nous faire ? (Prendre la voiture et fuir au plus vite vers le Sud, comme beaucoup d’Italiens du Nord l’ont fait, selon la presse.) Que devions-nous faire ? (Suivre à la lettre les injonctions, changeantes et parfois contradictoires, de nos gouvernements ou bien décider de nous-mêmes et pour nous des mesures à prendre.) Que pouvions-nous faire ? (Des cours d’actions aussi élémentaires que s’assurer des moyens de subsistance, voir nos proches, avoir une activité professionnelle.) Enfin, que savions-nous faire ? (Au moins, demeurer en bonne santé, physique et morale ; mais aussi, par exemple, écouter ce qu’ont à dire nos scientifiques.)

De façon générale et théorique, on peut considérer que la dynamique passionnelle est caractérisable par la dilatation qu’elle impose à l’action, selon toutes les instances énonciatives : elle temporise l’action (elle lui confère une durée plus large), mais aussi elle l’étend (au delà de son champ objectif) et a une propension à intéresser plus d’un actant, c’est-à-dire à transformer toute action en une forme d’interaction. La situation qu’on connaissait alors a rendu cette dilatation massive, voire exponentielle : les passions suscitées par le virus se sont déclenchées à l’échelle mondiale, en se transformant très rapidement et en touchant toutes les couches de la population et tous les aspects de la vie sociale, jusqu’au niveau familial.

Puisque le virus en est responsable sans que son action soit jamais effective, sinon par ouï-dire — encore une fois, je précise que je parle de la situation connue en avril pour la plus grande majorité de la population belge, disons 99% des gens —, le virus semblait être cette passion qui nous affecte et nous anime : il est ce qu’on fait de lui, et nous fait faire des choses précisément par le pouvoir modal qu’on lui confère. On pouvait alors constater que tous les gouvernants n’ont pas fait la même chose du virus, un Bolsonaro le tenait et continue de le tenir pour une « petite grippe », d’autres, plus sensés, aux Pays-Bas ou en Suède, ne le rendaient pas moins ordinaire, tablant sur une auto-immunisation collective inscrite dans les gènes de l’humanité.

Il faut bien cependant qu’à un moment donné la dynamique actionnelle se remette en marche. Au moins trois scripts narratifs sont possibles et chacun des trois a trouvé, dans les jours, les semaines, les mois qui ont suivi, de multiples attestations.

Le premier script est celui de l’action / réaction. Autrement dit, une manière de neutraliser les passions en annulant leur dilatation. Vues depuis les journaux européens, les actions du gouvernement chinois ont donné à penser qu’elles correspondaient à ce script, tant elles ont été rapides et radicales, comme si aucune question, aucune émotion nouvelle ne pouvait en modifier le cours. La Chine avait été confrontée précédemment à un autre virus (les circonstances ont aidé notre presse à s’en souvenir) et l’action gouvernementale s’est enchaînée à l’action du nouveau virus, comme, dirions-nous, les banques réagissent aux flux boursiers : sans état d’âme particulier.

Le second script est celui de l’action / contre-action, un script mis en valeur dans la sémiotique narrative classique, puisqu’il consiste à opposer deux actions selon leurs effets. Mais cela suppose deux sujets à opposer, doués chacun de passions. C’est ce que je pointais dans la situation actuelle : l’action du virus, en apparence non effective, provoque une dilatation passionnelle, à l’instar d’un sujet avec lequel on aurait à interagir (le virus agissant sur nous dans la mesure où nous le constituons comme capable d’actions, avec des visées qui ont un air volitif, par exemple lorsqu’on dit que le virus cible son action sur la population en fonction de certaines tranches d’âge, en commençant par les plus âgées). La contre-action est bien alors une contraction de la dilatation initialement posée, active selon les trois instances énonciatives, le temps, l’espace géographique et la collectivité humaine.

Le troisième script est celui qui me semblait alors, au moment de remettre le texte à Inna, le moins envisagé, mais je veux croire qu’il n’est pas sans témoignage et que le problème est plutôt de trouver les moyens conceptuels adéquats pour qu’il se fasse reconnaître. Pour l’instant, je ne vois pas de concept plus approprié que celui de résistance pour le distinguer des deux autres, même si la différence en usage dans le français contemporain entre résistance « active » et résistance « passive » me fait craindre que le mot ne soit pas tout à fait assez net pour le démarquer d’une contre-action (la résistance active en temps de guerre n’est-elle pas une contre-action visant à restreindre les passions tristes déclenchées par une action première ?). Disons alors qu’en proposant ce mot je pense surtout à la résistance que les mouettes sont capables d’opposer à l’épreuve du vent, se tenant immobiles dans les airs sans efforts apparents, ou à la résistance des poissons de rivière, faisant du surplace au moment de la ponte des œufs. La résistance consiste ici à ne rien faire, ou plus vraisemblablement à paraître ne rien faire. Cette représentation n’est pas sujette au jugement axiologique (ce n’est ni mieux ni moins bien de faire que de paraître ne rien faire) mais elle sert une économie actionnelle et passionnelle. Résister, en ce sens, revient à ne pas se laisser perturber par ce qui arrive, mais à laisser glisser l’événement ou à trouver la parade pour qu’il ne nous affecte pas. La résistance régule et met en équilibre l’existence, en absentant par la pensée ce qui survient, en le virtualisant, tout en maintenant nos sens éveillés à sa présence. Ni annulation, ni contraction, la résistance apporte sa propre concentration passionnelle à la stabilisation de l’être et du faire propres au sujet.

Résister aux passions virales, qu’est-ce à dire ? Eh bien, pour commencer d’y répondre par une réflexion qui m’avait insufflé le désir d’accepter l’invitation d’Inna Merkoulova (mais ce sera aussi par quoi je conclurai cette intervention), ce serait notamment faire de notre immobilisation subie une immobilité assumée et d’y trouver, sans bouleversements passionnels particuliers (exaltation ou mélancolie), l’occasion d’un autre mode d’action et d’une autre forme de vie.

Quoi qu’il en soit, je ne prétends faire la promotion d’aucun de ces scripts ; le temps sera juge de leur efficacité respective face au virus et à tout ce qu’implique sa prise en compte. Comme il est de règle en sémiotique, j’aurai seulement cherché à dégager chacun d’eux par un biais qui permet leur différenciation.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.