Du sens aux données. Les prothèses audiovisuelles entre perception et énonciation, par Enzo D’Armenio

Remarque : Ce billet est une version synthétisée de la conférence que j’ai donnée à l’Université de Liège le 19 novembre 2018, à l’invitation du CESERH et de l’unité de recherches TRAVERSES.

Cette intervention interroge l’impact des médias numériques sur la gestion sociale du sens, et notamment les conséquences de la diffusion de dispositifs portables tels que les smartphones, les caméras sportives, les caméras de surveillance, les casque-caméras, etc.

L’hypothèse de fond est que ces dispositifs, en opérant dans le contexte numérique actuel, sont en train de restructurer la frontière censée séparer deux dimensions fondamentales du sens : d’un côté, la dimension de la perception et de l’expérience et, de l’autre, la dimension de l’énonciation et des langages. La frontière entre ces deux dimensions devient de plus en plus nuancée à cause de la production massive et automatique de documents numériques, ce qui configure l’émergence de nouvelles modalités de négociation sociale.

La première question qui se pose est d’ordre épistémologique : comment aborder l’action de ces technologies ? Au cours de la période de leur plein essor, les disciplines de la communication et celles de la signification se positionnaient de manière contrastive. D’un côté, les théories des médias s’intéressaient aux changements sociaux issues de l’évolution technologique ; de l’autre côté, la sémiotique structurale se constituait comme une théorie des discours, intéressée par les contenus et les valeurs culturels. Selon la perspective de Marshall McLuhan (1964), le médium est ce qui contrôle et modélise les proportions et la forme de l’association et de l’action humaine. Selon Algirdas J. Greimas (1976), au contraire, l’idée de ne considérer que la partie externe des procès communicatifs, et de s’occuper uniquement des signifiants en excluant les signifiés, était inconcevable. Entre théories de la communication et théories de la culture, il y avait cette dissonance : d’une part la citation-slogan « le médium est le message », et de l’autre « hors du texte, point du salut ! ».

L’opposition entre signification et communication a été implicitement dépassée par le développement de la sociosémiotique (Landowski 1989) et d’une sémiotique des cultures (Lotman 1984, Fontanille 2008). Les spécialistes des médias ont également abordé le cadre médial contemporain en décrivant un nouveau paradigme socio-culturel lié à l’adoption du numérique. Ils ont développé le concept de condition post-médiale (Krauss 1999) : là où existait une forme sociale reconnaissable intégrant les dispositifs, les discours, les spectateurs et les lieux de la consommation médiale — il suffit de citer le cas du cinéma, du film de fiction et de la salle cinématographique — il existe aujourd’hui une galaxie d’appareils portables, une variété de formats différents de textes et de lieux de réception.

Du point de vue de la sémiotique contemporaine, ces considérations doivent être encadrées au sein d’une réflexion épistémologique unitaire, dans le but de comprendre et décrire les caractéristiques de la sémiosphère post-médiale. Afin de décrire la gestion du sens dans toutes ses dimensions — et bien au-delà de l’opposition entre signification et communication — Pierluigi Basso Fossali (2008, 2017) a proposé de concevoir la sémiotique comme la science des médiations sociales. Selon Basso Fossali, il y a quatre macro-dimensions fondamentales impliquées dans les médiations sémiotiques : la perception, l’énonciation, la communication et la transmission. Chacune de ces dimensions correspond à un espace et une typologie qualitative de médiation. Le premier espace est phénoménal : il « établit une dialectique entre les initiatives et les événements, fondée sur le paramètre unificateur des valeurs sensibles, gérées par la perception » (Basso Fossali 2017 : 425).

Le deuxième espace, l’espace linguistique, « formule un réinvestissement des valeurs sensibles pour construire, à travers l’énonciation, des plans fictifs de signification, chacun doué de restrictions grammaticales spécifiques » (Ibidem, je souligne).

Suivent ensuite les espaces institutionnels, « qui exploitent les jeux de langage afin de socialiser, à travers la communication, des domaines autonomes, ancrés sur des valences spécifiques (juridiques, artistiques, scientifiques, etc.) » (Ibidem).

Enfin, les espaces technologiques sont « la concrétisation de l’autonomie des domaines sociaux à travers des dispositifs médiatiques qui vont restructurer la transmission des plans de l’expression, en permettant une communication là où elle serait impossible » (Ibidem). J’envisage cette dernière dimension comme impliquée surtout dans les processus d’archivage des documents et dans le changement de valeurs des archives elles-mêmes.

Ce cadre épistémologique nous permet de préciser l’hypothèse de départ : les médias numériques tels que les technologies portables et urbaines — les caméras de surveillance, les Google Glass, le Spectacles de Snapchat (https://www.spectacles.com/fr/), les caméras d’action — sont en train de restructurer la frontière séparant la dimension de l’expérience vécue de celle de l’énonciation linguistique. À cause de leur miniaturisation croissante et de l’adhérence au corps, il me semble qu’on peut bien parler d’un procédé général de « prothétisation » (Eco 1997) des dispositifs vidéo.

La deuxième question qui se pose concerne la dimension de l’expérience : comment change-t-elle quand bénéficie de ces dispositifs ? Un cas de fiction audiovisuelle — le troisième épisode de la première saison de la série Black Mirror, The Entire History of You (https://fr.wikipedia.org/wiki/Retour_sur_image)nous permet d’aborder les questions principales liées aux prothèses. L’épisode met en scène un futur hypothétique où un dispositif nommé « grain », implanté directement derrière l’oreille, enregistre toute les expériences vécues sous la forme de souvenirs audiovisuels, et permet de les revoir directement sur les pupilles, ou de les projeter sur divers écrans.

La première conséquence de cette production automatique est que l’expérience devient potentiellement publique, car elle peut être espionnée, volée ou contrôlée par différents acteurs sociaux. Une telle mémoire numérique comporte également la modification des rapports entre perception, imagination et mémoire. D’une part, la mémoire reçoit une augmentation cognitive, car capable de s’interfacer à chaque moment avec une mémoire technologique fiable et toujours prête à être utilisée. D’autre part, l’ubiquité des mémoires numériques risque d’emprisonner le travail actif et flexible de l’imagination, et elle suggère une correspondance erronée entre les enregistrements prothétiques et les élaborations perceptives. Umberto Eco (1997) et Emilio Garroni (2005) insistaient sur le double moteur qui alimente la construction du sens, en distinguant le moteur perceptif qui élabore les données de l’expérience de manière ouverte et révisable, du moteur des signes qui recueille les configurations perceptives et les inscrit dans un système structuré de connaissances.   

La troisième question concerne la dimension de l’énonciation : comment change-t-elle à la suite des processus d’enregistrement automatique ? Si la perception se voit augmentée dans sa fiabilité cognitive, au prix d’une canalisation et d’un appauvrissement des procès imaginatifs et affectifs liés à la mémoire, le contraire se vérifie dans les productions de langage. Ces dernières présentent des aspects déficitaires : le statut automatique des productions prothétiques nous empêche de parler d’énonciation (Benveniste 1970). En fait, l’énonciation « instaure des formes fictives d’implication (assomption ou rejet des valeurs discursives) […] qui déplacent la rationalité de l’initiative » (Basso Fossali 2016, p. 400).

La dimension du langage se voit ainsi anticipée par un niveau de production plus simple. D’un côté, ce niveau est pleinement sémiotique, car il est constitué de signes, même s’ils ne sont pas encore discursifs ; de l’autre côté, leur statut audiovisuel risque de suggérer une illusion de transparence. Même s’ils sont des données-signes, ils restent cependant des données, dont une interprétation s’avère nécessaire. Ce matériel pas encore discursif est composé d’une masse de fragments médiaux, de quasi-discours, de tracés, de documents (s’il y a au moins des données concernant le cadre spatio-temporelle de production) enregistrés automatiquement.

L’épisode de Black Mirror montre comment ces documents sont utilisés pour des confrontations publiques. Liam retrouve sa femme Fion à un dîner et la soupçonne d’avoir une liaison avec Jonas, mais le processus d’enquête est loin d’être transparent. Il doit adopter un paradigme indiciaire : il produit des abductions créatives afin de donner une direction, voire une perspective et donc un sens aux fragments audiovisuels enregistrés par sa prothèse.

Pris en eux-mêmes, ces fragments n’ont pas de sens discursif plein, car ils adhèrent trop à l’expérience vécue. Ils doivent subir une appropriation interprétative, voire une négociation interpersonnelle. Cette construction fictionnelle n’est pas si fantaisiste car elle ressemble à plusieurs cas réels d’investigation advenus récemment. La disparition et la mort du journaliste Jamal Khashoggi dans le Consulat d’Arabie saoudite en Turquie, par exemple, présente des aspects similaires : les enquêtes de la police et des journalistes partent des documents visuels enregistrés par les caméras des surveillance et urbaines, afin de reconstruire les déplacements de la victime et les personnes présentes sur le lieu. Il s’agit du même questionnement de morceaux documentaires, et du même régime indiciaire.

La quatrième question concerne les conséquences pour les autres dimensions du sens, à savoir celles de la communication et de la transmission. La production automatique des médias numériques laisse émerger des nouvelles typologies de négociation, touchant les domaines culturels de manière imprévisible. Des nouvelles formes d’implémentation — au sens de Nelson Goodman (1984) — se répandent : la reprise d’un document sémiotique et son implémentation dans un cadre institutionnel différent qui en change – ou pas – le régime de sémantisation.

L’exemple plus éclatant de cette opération est celui étudié par Charles Goodwin dans Professional Vision (1994) : il s’agit de la procédure pénale envers les policiers qui avaient passé à tabac Rodney King, un citoyen afro-américain, pendant son arrestation pour excès de vitesse. L’événement de violence avait été filmé par un citoyen muni d’une caméra en 1991. Le film (https://www.youtube.com/watch?v=baNVXcSmZZU&frags=pl%2Cwn) a d’abord été retransmis aux journaux télévisés, provoquant des protestations publiques. Il a ensuite été utilisé comme preuve déterminante lors de la procédure pénale. L’accusation a présenté la vidéo — nous dit Goodwin — comme un compte-rendu objectif, comme s’il s’expliquait par lui-même. La défense, au contraire, a positionné le document à l’intérieur d’un cadre institutionnel, en appliquant un schéma d’interprétation professionnel, celui de la police. La vidéo a été subdivisée en séquences et les gestes ont été réinterprétés au filtre de compétences spécifiques. Le verdict d’innocence démontre que ces documents et ces tracés, même s’ils assument une forme audiovisuelle apparemment transparente, ne parlent pas d’euxmêmes. Au contraire, ils constituent un matériel de négociation qui doit être implémenté dans différents domaines sociaux et sous la juridiction de différents régimes de sémantisation (juridique, artistique, scientifique). Si le cas de Rodney King était une exception, car l’enregistrement de la scène par un amateur est le fruit du hasard, la diffusion des prothèses et des réseaux sociaux ont permis la multiplication de ces cas, jusqu’au point de configurer une nouvelle dimension de la négociation sociale du sens.                    

Vers une rhétorique des implémentations et des archives. En conclusion, nous pouvons distinguer trois opérations dans la gestion sociale des productions sémiotiques réalisées à travers les prothèses : a) des cas d’appropriation interprétative nécessaires afin de donner un sens entier aux fragments audiovisuels, comme dans le cas de Black Mirror et de Jamal Khashoggi ; b) des cas d’implémentation énonciative, où le fragment est inséré dans un domaine communicationnel qui articule sa signification selon des canons de sémantisation spécifiques, comme dans le cas de Rodney King ; c) des cas où la reprise des fragments audiovisuels vise à construire des effets persuasifs variés. En d’autres termes, la production massive et automatique des dispositifs portables et des prothèses ouvre le champ à une rhétorique de la reprise des documents, voire une rhétorique des archives.

Références bibliographiques

  • Basso Fossali, P., 2008, La promozione dei valori. Semiotica della comunicazione e dei consumi, FrancoAngeli, Milano.
  • Basso Fossali, P., 2016, “Les espaces de l’énonciation sous la sollicitation de leurs vides: le discours comme optimisation de l’expérience”, in M. Colas-Blaise, L. Perrin, G.M. Tore (éds.): 395-410.
  • Basso Fossali, P., 2017, Vers une écologie sémiotique de la culture. Perception, gestion et réappropriation du sens, Lambert-Lucas, Limoges.
  • Benveniste, É., 1970, “L’appareil formel de l’énonciation”, Langages, 17: 12-18.
  • Colas-Blaise, M., Perrin, L. et Tore, G.M. (éds.), (2016) L’Énonciation aujourd’hui. Un concept clé des sciences du langage, Lambert-Lucas, Limoges.
  • Eco, U., 1997, Kant e l’ornitorinco, Bompiani, Milano.
  • Fontanille, J., 2008, Pratiques sémiotiques, PUF, Paris 2008.
  • Fontanille, J. 2015,  Formes de vie, Presses Universitaires de Liège, Liège.
  • Garroni, E., 2005, Immagine Linguaggio Figura. Osservazioni e ipotesi, Laterza, Roma-Bari.
  • Goodman, N., 1984, Of Mind and Other Matters, Harvard University Press.
  • Goodwin, C., 1994, “Professional Vision”, American Anthropologist, 96 (3), 1994: 606-633.
  • Greimas, A. J., 1976, Sémiotique et sciences sociales, Seuil, Paris.
  • Krauss, R., 2000,     A Voyage on the North Sea: Art in the Age of the Post-Medium Condition, Thames & Hudson, London.
  • Landowski, E., 1989, La société réfléchie, Seuil, Paris.
  • Lotman, J., 1984, “O semiosfere”, Trudy po znakovym sistemam n. 17, Tartu.
  • McLuhan, M., 1964, Understanding Media: The Extension of Men, McGraw Hill, New York.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.