Conversation japonaise sur les bienfaits de la sémiotique

Sémir Badir & Massimo Leone

 

Sémir Badir :

Cher Massimo,

Fuko Irie a envie de traduire en japonais les sémioticiens. Elle m’encourage à lui proposer des textes pour les néophytes, ce que, hélas, je n’ai pas trop en rayon… Alors, parmi les idées qui s’en sont suivies, il y a eu celle d’une conversation entre toi et moi où seraient mises en lumière quelques vérités simples concernant la sémiotique. 

Qu’en dis-tu ? Si tu es partant, veux-tu me dire, pour amorcer la conversation, si tu as déjà eu l’occasion (je suppose que oui) d’avoir à expliquer à quelqu’un qui n’est pas du milieu académique ce qu’est la sémiotique? Comment t’en sors-tu ?

Massimo Leone :

Cher Sémir,

Quel plaisir que d’entamer cette conversation japonaise !

On m’a souvent posé la question : “ Qu’est-ce la sémiotique ? ”, ou bien il m’a fallu y répondre après que l’on m’avait demandé : “ Que faites-vous dans la vie ? ”. J’éprouve toujours un certain embarras lorsqu’on me la pose, sachant que ce que je fais n’est pas facile à saisir. Aux deux questions, je réponds différemment selon les contextes : je suis lâche, ou peut-être juste paresseux pour garder une définition unique pour toutes les circonstances ; les réponses les plus utilisées sont les suivantes : “ une sorte de philosophie du langage ” ; “ la science qui étudie la signification et la communication ” ; “ la science des signes ; connaissez-vous Umberto Eco ? ” ; “ la science des signes ; avez-vous lu Dan Brown ? ” (réponse du désespoir) ; “ la discipline qui étudie tout ce qui peut être utilisé pour mentir ”.

La définition que je donne souvent aux étudiants est “ la discipline qui étudie les alternatives ” ; mais la définition de sémiotique qui est au fond de mon cœur est la suivante : “ la discipline qui empêche ceux qui la cultivent de vivre une vie normale ”… Continuer la lecture de « Conversation japonaise sur les bienfaits de la sémiotique »

Le pouvoir poétique des images de cinéma

À la suite d’une conférence donnée dans le cadre du colloque « Un cinéma poétique ? »[1] et de la mise en ligne de la captation vidéo de cette conférence sur le site http://mdrn.be/studio/sémir-badir-la-poésie-des-métaphores-visuelles-au-cinéma, un étudiant du Master en Études cinématographiques de l’Université de Grenoble m’a soumis une batterie de questions qui ont conduit au présent entretien écrit.

Sémir Badir

Continuer la lecture de « Le pouvoir poétique des images de cinéma »

Du sens aux données. Les prothèses audiovisuelles entre perception et énonciation, par Enzo D’Armenio

Remarque : Ce billet est une version synthétisée de la conférence que j’ai donnée à l’Université de Liège le 19 novembre 2018, à l’invitation du CESERH et de l’unité de recherches TRAVERSES.

Cette intervention interroge l’impact des médias numériques sur la gestion sociale du sens, et notamment les conséquences de la diffusion de dispositifs portables tels que les smartphones, les caméras sportives, les caméras de surveillance, les casque-caméras, etc.

L’hypothèse de fond est que ces dispositifs, en opérant dans le contexte numérique actuel, sont en train de restructurer la frontière censée séparer deux dimensions fondamentales du sens : d’un côté, la dimension de la perception et de l’expérience et, de l’autre, la dimension de l’énonciation et des langages. La frontière entre ces deux dimensions devient de plus en plus nuancée à cause de la production massive et automatique de documents numériques, ce qui configure l’émergence de nouvelles modalités de négociation sociale. Continuer la lecture de « Du sens aux données. Les prothèses audiovisuelles entre perception et énonciation, par Enzo D’Armenio »