Billets

Discours urbains I / Introduction et premiers matériaux

Introduction (séance du 21/10/2020)

En tant qu’étudiante en Master en langues et lettres romanes et françaises à finalité approfondie à l’Université de Liège, je participe à un séminaire de recherche en sémiotique, rhétorique et poétique qui est animé par François Provenzano, Enzo D’Armenio et Alexandre Lansmans et qui, cette année, porte sur Les discours dans/sur/par la ville.

Ce séminaire a pour projet d’appréhender la ville en ce qu’elle peut être définie, au-delà d’un point de vue strictement administratif ou démographique, par sa nature discursive. En effet, sur le plan physique, l’espace urbain est investi par une variété de discours aux statuts différents (discours publicitaire, contestataire, mémoriel etc.). Sur le plan de l’énonciation, la ville peut également intervenir comme sujet et ainsi représenter en elle-même une instance énonciative. Enfin, la ville fait également l’objet de discours la concernant et qui sont susceptibles de la catégoriser, de l’investir de valeurs ou encore de la rattacher à certains imaginaires.

S’il existe, dans chaque espace urbain, une tendance à l’installation d’un récit monologique ou du moins une lutte pour le monopole du discours urbain, la réalité est que la ville entre en lien avec des discours qui se concurrencent et qui sont susceptibles d’agencer une variété de points de vue, de théâtraliser des rapports de force entre communautés, de mettre en tension des cultures rhétoriques diverses, des manières de se raconter différentes. Et si cette conception polyphonique ne va pas de soi, c’est peut-être que le monopole de  l’énonciation du discours urbain constitue un enjeu de pouvoir relativement important. Pourtant, il existe bel et bien une multiplicité de  manifestations, parfois relativement ténues, de cette conflictualité et ces manifestations méritent d’être interrogées.

Il faut noter également que le discours urbain ne se borne pas à la dimension verbale et ne permet pas d’isoler la dimension linguistique d’autres dimensions susceptibles d’être porteuses de sens. Il faut donc considérer le caractère polysémiotique du discours urbain dans lequel on peut retrouver une pluralité d’actes discursifs se manifestant sous diverses formes et qui ne peuvent bien souvent fonctionner qu’en synergie.

Premiers matériaux (séance du 4/11/2020)

Pour amorcer le séminaire , il a été demandé à chaque élève de collecter des matériaux, une dizaine d’images à présenter en une ou deux collections, et ceci en assumant le caractère exploratoire de l’exercice étant donné que nous, élèves, n’étions pas encore outillés sur le plan théorique. Nous avons donc eu une séance qui a consisté en une présentation, par chaque élève, des images collectées suivie d’une discussion autour de ces matériaux. Plusieurs potentielles pistes de recherches ont été soulevées lors de ces discussions.

Une chose qui a été évoquée à plusieurs reprises est la façon dont les discours sont susceptibles d’interagir entre eux, soit parce qu’ils semblent se répondre – la présence d’un dialogisme dans l’espace urbain et la possibilité d’établir une typologie des formes qu’il pourrait prendre ont été évoquées – soit parce qu’ils se répètent  – nous avons notamment abordé l’intérêt d’une analyse de l’itération dans l’espace urbain ou encore interrogé la fonction colonisatrice que peut revêtir la répétition de certaines inscriptions dans un espace relativement délimité.

Nous avons également effleuré la question du support, en remarquant que certains discours sont susceptibles de déjouer la promesse énonciative de leur support mais également en questionnant l’exploitation des façades de maison comme outil de construction identitaire et surtout la variété des stratégies formelles exploitées dans ce contexte.

Des questions sur la catégorisation des discours que l’on peut retrouver dans l’espace urbain ont été envisagées  comme : « Quelles sont les caractéristiques qui permettent une opposition entre discours pratiques et discours artistiques et comment sont caractérisés, dans la ville,  les discours de type artistique voire comment y sont revendiquées les pratiques culturelles ? ».

Nous nous sommes également intéressés à la manière dont les connotations et caractéristiques  attribuées à certains lieux ou quartiers peuvent-être structurantes sur le plan discursif avec des questions comme :  « Quels sont les types de discours que l’on peut retrouver dans certains lieux reconnus comme touristiques ou historiques ? » ou  « Comment les vestiges de certains lieux anciennement porteur d’une identité forte sont-ils réinvestis par certains discours ? ».

Image de Marine Hardy

Autant de remarques et de questionnements qui s’ils ne sont que les prémisses de futures enquêtes, nous ont permis de concrètement constater la nature éminemment discursive de la ville.

 

Conversation japonaise sur les bienfaits de la sémiotique

Sémir Badir & Massimo Leone

 

Sémir Badir :

Cher Massimo,

Fuko Irie a envie de traduire en japonais les sémioticiens. Elle m’encourage à lui proposer des textes pour les néophytes, ce que, hélas, je n’ai pas trop en rayon… Alors, parmi les idées qui s’en sont suivies, il y a eu celle d’une conversation entre toi et moi où seraient mises en lumière quelques vérités simples concernant la sémiotique. 

Qu’en dis-tu ? Si tu es partant, veux-tu me dire, pour amorcer la conversation, si tu as déjà eu l’occasion (je suppose que oui) d’avoir à expliquer à quelqu’un qui n’est pas du milieu académique ce qu’est la sémiotique? Comment t’en sors-tu ?

Massimo Leone :

Cher Sémir,

Quel plaisir que d’entamer cette conversation japonaise !

On m’a souvent posé la question : “ Qu’est-ce la sémiotique ? ”, ou bien il m’a fallu y répondre après que l’on m’avait demandé : “ Que faites-vous dans la vie ? ”. J’éprouve toujours un certain embarras lorsqu’on me la pose, sachant que ce que je fais n’est pas facile à saisir. Aux deux questions, je réponds différemment selon les contextes : je suis lâche, ou peut-être juste paresseux pour garder une définition unique pour toutes les circonstances ; les réponses les plus utilisées sont les suivantes : “ une sorte de philosophie du langage ” ; “ la science qui étudie la signification et la communication ” ; “ la science des signes ; connaissez-vous Umberto Eco ? ” ; “ la science des signes ; avez-vous lu Dan Brown ? ” (réponse du désespoir) ; “ la discipline qui étudie tout ce qui peut être utilisé pour mentir ”.

La définition que je donne souvent aux étudiants est “ la discipline qui étudie les alternatives ” ; mais la définition de sémiotique qui est au fond de mon cœur est la suivante : “ la discipline qui empêche ceux qui la cultivent de vivre une vie normale ”… Continuer la lecture de « Conversation japonaise sur les bienfaits de la sémiotique »

PARUTION II

L’ouvrage aborde deux questions fondamentales en théorie de l’image.  
La première est le rapport entre l’image et son observateur : comment regarder une image ? Pour répondre à cette question, le présent ouvrage s’efforce de fournir une méthodologie du regard via des analyses figurative et plastique des images ainsi que de brosser un panorama théorique de la sémiotique de l’image contemporaine. Cette dernière s’inspire des travaux d’A. J. Greimas, creusant un écart avec les premières propositions, celles faites par la sémiologie de R. Barthes et d’É. Benveniste. Cet ouvrage se donne pour tâche d’éclaircir la distance entre cette sémiologie visuelle naissante et la sémiotique visuelle actuelle.  
La deuxième question abordée est celle de la matérialité des images. La relation entre la transversalité des formes et les contraintes matérielles des supports médiatiques est explorée afin de rendre compte des pratiques d’utilisation et d’interprétation propres à chaque médium.

Paru le 29/01/2020

228 pages

Prix : 27,00 €

Site web de l’éditeur : https://www.editions-hermann.fr/livre/9791037002716

Pour plus d’informations: https://www.facphl.uliege.be/cms/c_4659432/fr/les-langages-de-l-image-de-la-peinture-aux-big-visual-data

Le pouvoir poétique des images de cinéma

À la suite d’une conférence donnée dans le cadre du colloque « Un cinéma poétique ? »[1] et de la mise en ligne de la captation vidéo de cette conférence sur le site http://mdrn.be/studio/sémir-badir-la-poésie-des-métaphores-visuelles-au-cinéma, un étudiant du Master en Études cinématographiques de l’Université de Grenoble m’a soumis une batterie de questions qui ont conduit au présent entretien écrit.

Sémir Badir

Continuer la lecture de « Le pouvoir poétique des images de cinéma »

[Keynote speaker] Lev Manovich: Is Genealogy of Forms Possible? (Yes and No)

Dans le cadre du colloque international La généalogie des formes dans la perspective du Deep Learning, Lev Manovich (CUNY/Graduate Center) présentera une communication le 7 novembre 2019. Voici le résume de cette intervention. Continuer la lecture de « [Keynote speaker] Lev Manovich: Is Genealogy of Forms Possible? (Yes and No) »

Les activités du CESERH jusqu’à fin 2019

Continuer la lecture de « Les activités du CESERH jusqu’à fin 2019 »

The genealogy of forms from the perspective of Deep Learning

International Symposium

Liège University

7th & 8th Novembre 2019

Salle de l’Horloge

Org. Maria Giulia Dondero (FNRS/ULiège) et Ralph Dekoninck (UCL)

Program

The main contribution of the computational instruments used today in Digital Art History and, more generally, in the Digital Humanities devoted to heritage issues, is to reconnect with the project of a genealogy of forms that goes back to the mathematician and biologist D’Arcy Thompson (1917) and art historians Heinrich Wölfflin (1915) and Henri Focillon (1934) – and of course the notion of the migration of motifs in the work of Aby Warburg (1924-29). Yet the project of a genealogy of forms, despite various revisions and inclusions that are now taken into consideration, especially in the work of Didi-Huberman (2013), has remained unfinished because of the difficulty of detecting patterns in very large corpora obtained from museums and collections that are both dispersed and disparate (in terms of periods and media). Continuer la lecture de « The genealogy of forms from the perspective of Deep Learning »

La généalogie des formes dans la perspective du Deep Learning

Colloque international

Université de Liège

7-8 novembre 2019

Salle de l’Horloge

Org. Maria Giulia Dondero (FNRS/ULiège) et Ralph Dekoninck (UCL)

Programme

L’apport principal des instruments computationnels utilisés aujourd’hui dans la Digital Art History et, plus généralement, dans les Humanités Numériques consacrées aux questions patrimoniales, est de renouer avec le projet d’une généalogie des formes qui remonte aux noms du mathématicien et biologiste D’Arcy Thompson (1917) et des historiens de l’art Heinrich Wölfflin (1915) et Henri Focillon (1934) —sans oublier la notion de migration des motifs chez Aby Warburg (1924-29). Or, le projet d’une généalogie des formes, malgré des reprises et des intégrations diverses qui sont aujourd’hui valorisées notamment dans le travail de Didi-Huberman (2013), est resté inaccompli en raison de la difficulté de détecter des patterns dans des très grands corpus, venant de musées et de collections dispersées et disparates (tant au niveau des époques que des médiums). Continuer la lecture de « La généalogie des formes dans la perspective du Deep Learning »

L’appropriation de la ville entre empreinte de subjectivité et document d’archive

Conférence de Julien Thiburce / Chercheur postdoctoral CNRS – LabEx ASLAN – UMR 5191 ICAR

Liège, 20 mars 2019

Dans le cadre d’une recherche doctorale sur Le dialogisme urbain, visant à enquêter les passages entre des usages tacites des espaces publics et des formes d’appropriation narrative et affective de la ville, Julien Thiburce a constitué des enregistrements audiovisuels de Balades Urbaines programmées par les musées Gadagne (Musée d’Histoire de la Ville de Lyon). Cette médiation culturelle consistant à déployer et à questionner les discours dans la ville et sur la ville s’est affirmée comme un terrain pertinent pour observer et caractériser une expérience d’un milieu urbain in situ et in vivo. Entre l’individuel et le collectif, un groupe de personnes réalise un parcours à partir d’un itinéraire, en faisant émerger des liens tantôt idiosyncrasiques tantôt partagés à des espaces aux niveaux phénoménologique, épistémique, éthique et affectif.

Dans l’intention d’une articulation entre son travail de thèse et le projet de recherche du FNRS sur les Big Visual Data (2018-2021) dirigé par Maria Giulia Dondero[1], Julien Thiburce a donné à Liège une conférence centrée sur les pistes d’enquêtes de l’appropriation sémiotique de la ville, de la constitution des données à la communication des résultats du projet de recherche en passant par les positionnements énonciatifs en jeu dans les pratiques d’analyse. Continuer la lecture de « L’appropriation de la ville entre empreinte de subjectivité et document d’archive »

Du sens aux données. Les prothèses audiovisuelles entre perception et énonciation, par Enzo D’Armenio

Remarque : Ce billet est une version synthétisée de la conférence que j’ai donnée à l’Université de Liège le 19 novembre 2018, à l’invitation du CESERH et de l’unité de recherches TRAVERSES.

Cette intervention interroge l’impact des médias numériques sur la gestion sociale du sens, et notamment les conséquences de la diffusion de dispositifs portables tels que les smartphones, les caméras sportives, les caméras de surveillance, les casque-caméras, etc.

L’hypothèse de fond est que ces dispositifs, en opérant dans le contexte numérique actuel, sont en train de restructurer la frontière censée séparer deux dimensions fondamentales du sens : d’un côté, la dimension de la perception et de l’expérience et, de l’autre, la dimension de l’énonciation et des langages. La frontière entre ces deux dimensions devient de plus en plus nuancée à cause de la production massive et automatique de documents numériques, ce qui configure l’émergence de nouvelles modalités de négociation sociale. Continuer la lecture de « Du sens aux données. Les prothèses audiovisuelles entre perception et énonciation, par Enzo D’Armenio »