Membres

Chercheurs et chercheuses permanents

BADIR Sémir

DONDERO Maria Giulia

KLINKENBERG Jean-Marie

PROVENZANO François

 

Chercheurs et chercheuses associés

BASSILUA NZUZI Anicet

CIGANA Lorenzo

D’ARMENIO Enzo

DELIEGE Adrien

FABRE Maxime

FRANCK Thomas

GOIN Émilie

LAMQADDAM Houda

MAYEUR Ingrid

 

Doctorants et doctorantes

BELARBI Lynda

GOUFO ZEMMO Leslie

HELALI Imen

HONBA HONBA Cédric

JOSEF Anne

LANSMANS Alexandre

NESI LAMMARDO Marika

ROSSO Aluminé

SCHURGERS Elise

SURINX François-Xavier

 

Chercheurs et chercheuses permanents

Sémir BADIR est maître de recherches du Fonds de la Recherche Scientifique-FNRS à l’Université de Liège. Ses intérêts de recherche visent les aspects épistémologiques des théories linguistiques et sémiotiques, qu’il développe notamment dans le collectif Lttr 13, ainsi que les modèles conceptuels appliqués aux formes artistiques. Il est l’auteur de Hjelmslev (Belles-Lettres, 2000), Saussure. La langue et sa représentation(L’Harmattan, 2001), Epistémologie sémiotique. La théorie du langage de Louis Hjelmslev (Honoré Champion, 2014), Magritte et les philosophes (Les Impressions Nouvelles, 2021), Les pratiques discursives du savoir. Le cas sémiotique (Lambert-Lucas, 2022). Il a co-dirigé plus de vingt-cinq ouvrages et numéros de revue (Protée, Semen, Semiotica, Visible…). Il a co-dirigé des projets internationaux de recherche (avec Waldir Beividas, convention WBI-CAPES 2011-2013 ; avec Nicolas Couégnas, Driss Ablali et Erik Bertin, projet ANR 2014-2017) et a été professeur invité dans de nombreuses universités (Paris II, Paris IV CELSA, Rennes 2, Limoges, USP à São Paulo).

Maria Giulia DONDERO est directrice de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique (F.R.S.-FNRS) et travaille à l’Université de Liège où elle poursuit des recherches en sémiotique visuelle, et notamment sur les statuts des images (scientifique, artistique, religieux) et l’argumentation visuelle dans la vulgarisation scientifique et dans les arts plastiques. Elle a publié une centaine d’articles (peer-reviewed) en langue française, italienne, anglaise, portugaise et espagnole ; a dirigé vingt-cinq ouvrages collectifs et des numéros spéciaux de revue sur la photographie, l’image scientifique et la subjectivité en image et a récemment publié quatre ouvrages : Les Langages de l’image. De la peinture aux Big Visual Data (Hermann, Paris, 2020 – English version: The Language of Images. The Forms and the Forces, Springer, 2020) ; Des images à problèmes. Le sens du visuel à l’épreuve de l’image scientifique (avec J. Fontanille, Limoges, 2012 ; trad. angl : The Semiotic Challenge of Scientific Images. A Test Case for Visual Meaning, Ottawa, Legas Publishing, 2014) ; Sémiotique de la photographie (avec P. Basso Fossali, Limoges, 2011 ; vers. it. Semiotica della fotografia. Investigazioni teoriche e pratiche di analisi, Guaraldi, Rimini, 2006, 2008) ; Le sacré dans l’image photographique. Études sémiotiques (Paris, 2009). Elle est co-fondatrice et directrice de la revue de sémiotique Signata-Annales de sémiotiques/Annals of Semiotics et co-directrice de la collection Sigilla (PULg). Elle est également vice-Présidente de l’International Association for Visual Semiotics (IAVS) et membre du bureau de l’Association Française de Sémiotique (AFS). Plus récemment, elle est responsable (avec Jean Christtus Portela) du projet bilatéral (FNRS/FAPESP, ULiège/UNESP) Semiotic Approach to Syncretic Discourses (2017-2019) et elle dirige notamment le P.D.R. FNRS Big Visual Data. A Semiotic Approach to Indexing and Visualizing Image Archives (2018-2021).

François PROVENZANO est professeur en sciences du langage et rhétorique à l’Université de Liège. Ses intérêts de recherche actuels concernent la critique rhétorique des discours, la sociosémiotique urbaine et l’étude des imaginaires linguistiques (avec le collectif Lttr 13). Il a publié notamment Vies et mort de la francophonie, une politique française de la langue et de la littérature (Les Impressions nouvelles, 2011), Manuel d’analyse de la presse magazine (Armand Colin, 2018, avec le collectif « Presse-magazine : source et objet d’histoire »), Les Discours syncrétiques. Poésie visuelle, bande dessinée, graffitis (PULiège, 2019, avec Sémir Badir et Maria Giulia Dondero). Il co-dirige la revue Signata – Annales des sémiotiques et est membre du Conseil des langues et des politiques linguistiques en Fédération Wallonie-Bruxelles. Il est impliqué actuellement dans des projets de recherche collectifs concernant les rhétoriques de la ville, la politique des ambiances urbaines et l’éducation aux médias.

Liste bibliographique (avec plusieurs textes en libre accès) : https://tinyurl.com/mfnuz44t.

Jean-Marie KLINKENBERG est professeur émérite de l’Université de Liège (Belgique), où il était titulaire de la chaire de Sémiotique et rhétorique. Aussi spécialiste des cultures francophones et de la sociolinguistique, il a participé à la rénovation de la rhétorique au sein du collectif transdisciplinaire qu’est le Groupe µ eta contribué aux évolutions récentes de la sémiotique vers une prise en compte des dimensions sociales et cognitives du sens.Représentant la Belgique à l’International Association for Semotic Studies, il a été porté à quatre reprises à la présidence de l’International Association for Visual Semotics. Il est co-fondateur et président d’honneur de la revue de sémiotique Signata-Annales de sémiotiques/Annals of Semiotics. Il a publié près de 700 travaux dans les domaines précités, seul (e. g. Le sens rhétorique, 1990, Sept leçons de rhétorique et de sémiotique, 1996, Précis de sémiotique générale, 2000) ou avec le Groupe µ (de Rhétorique générale, 1970, un classique des sciences humaines traduit en une vingtaine de langues, à Principia semiotica, 2015 en passant par le Traité du signe visuel, 1992). Il a également une activité d’essayiste (son essai le plus récent : La langue dans la Cité, 2015, a reçu le Prix du livre politique 2016). Il est Membre de l’Académie royale de Belgique.

Chercheurs et chercheuses associés

Anicet BASSILUA NZUZI est docteur en Langues, lettres et traductologie de l’Université de Liège. Ses intérêts de recherche portent sur la théorisation de la sémiotique dans les champs des  discours et des pratiques du sport, de la publicité, de la littérature (particulièrement la littérature africaine), des médias (dont les « médias du sud ») et de la religion (textes bibliques, textes anciens du proche et moyen orient, les religions africaines). Il a publié plusieurs articles (peer-reviewed) en sémiotique, parmi lesquels : « La construction du sens dans le discours du football », Afs, 2016 ; « Les structures sémiotiques dans le croisement football-publicité », Estudos Semioticós, 2017, en littérature, médias et religion : « La télévision de la religion en RDC. Analyse de l’impact de la dialectique religieuse sur la télévision », Maïsha, 2008 ;   Herméneutique biblique selon Paul Ricœur(Academia, 2016), etc. Il est auteur du livre Guide pratique de la recherche en Sciences de l’information et de la communication(IfasicÉdition, 2013). Il travaille actuellement sur des projets de recherche qui visent notamment à scruter de nouveaux champs d’application de la sémiotique dont l’espace culturel africain ; il participe à un projet d’ouvrage collectif sur les déictiques à l’épreuve des discours et des pratiques (sortie en 2019). Il est membre de plusieurs sociétés savantes dont International Association for Semiotic Studies, Association Française de Sémiotique.

Enzo D’ARMENIO est chercheur postdoctoral au sein de l’Université de Liège, dans le cadre du projet « KINETIMAGES — Les médias interactifs en tant qu’images cinétiques. Une généalogie des médias visuels fondée sur le concept de mouvement », consacré aux images interactives des jeux vidéo et de la réalité virtuelle, et financé par le Fonds de la Recherche Scientifique (FNRS). Il a été titulaire du projet Marie Curie (Individual Fellowship) « IMACTIS – Fostering Critical Identities Through Social Media Archival Images » (2020-2022), dans lequel il a analysé les images identitaires des réseaux sociaux. Il est docteur en Sémiotique de l’Université de Bologne, et il a publié plusieurs articles dans des revues internationales telles que Semiotica, Visual Communication, Médiation Et Information. Il est également l’auteur de la monographie Mondi paralleli. Ripensare l’interattività nei videogiochi [Mondes parallèles. Repenser l’interactivité dans les jeux vidéo] (Unicopli, 2014).

Adrien DELIEGE est chercheur postdoctoral au sein de l’Université de Liège, dans le cadre du projet de M. G. Dondero P.D.R. F.N.R.S. Towards a Genealogy of Visual Forms. Ses recherches  actuelles portent sur l’analyse des poses des personnages représentés en peinture depuis la Renaissance, leur évolution au cours du temps, les mouvements qu’elles induisent, et leur réutilisation dans la photographie artistique moderne. Mathématicien de formation (bachelier et master 2008-2013, puis doctorat 2013-2017), il s’est spécialisé  dans l’intelligence artificielle à l’Institut Montefiore (ULiège), en particulier en deep learning pour la vision par ordinateur, durant son post-doctorat sur le projet DeepSport du Prof. M. Van Droogenbroeck financé par la Région Wallonne (2017-2022). Il a en outre remporté le concours de vulgarisation scientifique “Ma thèse en 180 secondes” en 2015, et 5 “Best paper awards” au workshop CVSports de la conférence CVPR pour ses travaux sur l’automatisation de l’analyse de vidéos de football.

Maxime FABRE est docteur en Sciences de l’information et de la communication. Diplômé du CELSA (Sorbonne Université) et de l’Université de Liège, il poursuit des recherches dans le domaine de la sémiotique visuelle, des médias informatisés et du journalisme. Ce qui l’intéresse plus particulièrement dans ces études, c’est la dimension fondamentalement pragmatique et épistémologique de ces objets. Il a publié plusieurs articles en ce sens dans des revues internationales (Communication & langages, Signata) et a soutenu une thèse intitulée L’image exposée, la représentation des photographies de l’Agence France-Presse sur les réseaux sociaux sous la direction d’Adeline Wrona et de Sémir Badir. Ses activités d’enseignement au CELSA portent sur la Sémiotique de la photographie de presse et la Sémiotique générale. En 2013 il a obtenu le prix d’Excellence à l’international décerné par les Conseillers du Commerce Extérieur de Paris après un diplôme universitaire effectué en Roumanie. Passionné de photographie, il a exposé une série d’images sur le thème des « Vestiges » à Târgu Mureș en Transylvanie.

photo lamqaddamHouda LAMQADDAM est titulaire d’un doctorat interdisciplinaire en Informatique et en Histoire de l’Art (dir. K. Verbert & K. Brosens, KU Leuven 2022). Ses travaux portent sur l’utilisabilité des interfaces graphiques et des visualisations d’information dans le contexte de la recherche en histoire de l’art. Elle rejoint M. G. Dondero sur le projet P.D.R. F.N.R.S. Towards a Genealogy of Visual Forms afin de développer une analyse diachronique des généalogies de formes dans l’art des époques de la Renaissance et du Baroque. Lamqaddam fait par ailleurs partie de réseaux de recherche divers comme le workshop NA+DAH organisé par le Getty Institute ou l’organisation du workshop de recherche VIS4DH associé à la conférence IEEE VIS.

Ingrid MAYEUR est licenciée en langues et littératures romanes (Université libre de Bruxelles, 2004) et est titulaire d’un doctorat en Langues et Lettres (dir. B.-O. Dozo et F. Provenzano, Université de Liège). Ses travaux portent sur la transformation des formats de communication de la recherche en humanités dans l’environnement numérique, et plus particulièrement sur les formes d’organisation discursive des savoirs dans les carnets de recherche en sciences humaines et sociale. Elle est par ailleurs liée au projet de l’ARC Genèse et actualité des Humanités critiques (ULg).

Doctorants et doctorantes

Leslie GOUFO ZEMMO est Diplômée de master en sciences du langage, littérature et culture (UDs) et est doctorante à l’université de Liège au sein du Centre de Sémiotique et Rhétorique (UR Traverses). Elle y mène un projet doctoral portant sur les représentations dans la bande dessinée. Son intérêt scientifique est porté sur l’énonciation en sémiotique, la sémiostylistique ainsi que les représentations graphiques et culturelles des femmes dans les discours médiatiques dont ceux de la bande dessinée et des séries télévisées. Elle a participé à plusieurs colloques internationaux et ses travaux sont parus dans des revues scientifiques telles que Présence francophone, Alternative francophone, et Signes discours et Société. Elle est membre de l’Association Internationale de Sémiotique Visuelle (AISV), de la Société canadienne d’étude de la BD (SCEBD) et de l’ACME group.

Cédric HONBA HONBA est diplômé de master en arts du spectacle à finalité en spectacle et images numériques (Université de Liège, 2017). Depuis janvier 2018, il prépare une thèse de doctorat en langues et lettres à l’Université de Liège, dans le cadre du P.D.R. Les Big Visual Data (dir. M. G. Dondero). Ses recherches portent sur les pratiques de communication visuelle et audiovisuelle, la sémiotique des images (peinture, photographie, cinéma) ainsi que l’histoire et la théorie des médias audiovisuels.

Imen HELALI est architecte, diplômée de l’École Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunisie (ENAU). Elle est titulaire d’un Master de recherche en architecture. Actuellement, elle est inscrite dans une thèse d’architecture en cotutelle entre l’ENAU de l’Université de Carthage en Tunisie et l’Université de Liège (ULiège). Elle est membre au Centre de Sémiotique et Rhétorique de l’Unité de Recherche Traverses (ULiège).

 

Anne JOSEF est titulaire d’une licence en philologie classique, ainsi que d’un master en linguistique. Elle prépare une thèse  de doctorat en sémiotique sur la gestualité sportive sous la direction de Sémir Badir. Ses recherches actuelles portent, pour l’essentiel, sur le geste, la technique sportive, l’opération, la valeur pratique de la gestualité sportive et sa circulation au sein de nos pratiques sociales.

Alexandre LANSMANS est doctorant au sein du Centre de Sémiotique & Rhétorique de l’Université de Liège. Associé au projet de recherche F.R.S.-F.N.R.S. « Rhétorique de la ville » (2020-2024), sous la direction de François Provenzano, qui se donne pour objet les inscriptions urbaines infra-ordinaires (graffitis, tags, stickers, affiches…) dans la ville de Liège à travers une perspective d’analyse sémio-rhétorique, il a alimenté la cartographie en ligne Textures urbaines qui présente une collection photographique de quatre mille inscriptions relevées à Liège entre février 2020 et février 2022. Sa thèse s’intéresse particulièrement aux rapports entre les discours sur la ville et l’imaginaire de la « vie ». Il est secrétaire adjoint de la revue Signata. Annales des sémiotiques.

Marika NESI LAMMARDO est doctorante en Sémiotique auprès de l’Université de Liège et de l’Université Paris Cité. Son projet de thèse porte sur les pratiques du travail à distance. Il se focalise notamment sur la recombinassions des relations actantielles dans l’interaction (risquée ?) entre organisme et machine, également par le biais d’une approche paracohérente. Parmi les autres intérêts de recherche, l’exploration sociosémiotique de la Trash Culture dans le numérique : la construction de l’actant collectif sur Gab, les stratégies politiques de véridiction sur TikTok, la grammaire modale de Tinder. Secrétaire adjointe du Réseau Doctoral Grand Paris Sémiotique (GPS) et membre du secrétariat organisationnel du Centre international de Sciences Sémiotiques “Umberto Eco” (CiSS).

Aluminé ROSSO, Buenos Aires, Argentine : doctorante de l’Université de Liège et de l’ICAR (CNRS, ENS de Lyon, Université Lyon 2). Elle a réalisé ses études de deuxième cycle en Commissariat d’art Contemporain (Université du Salvador, USAL) et en Critique et Diffusion des Arts (Université Nationale des Arts, UNA) à Buenos Aires, Argentine. Elle est diplômée en Sciences de la communication (Université Argentine de l’Entreprise, UADE) et en Direction du Marketing Stratégique appliqué aux arts et à la culture (UADE). À Buenos Aires, elle a enseigné l’histoire du design à l’Université UCES, ainsi que les cours de Commissariat et de Sémiotique des Arts à l’UNA sous la direction de la sémiologue Marita Soto. Elle donne les cours d’Arts et Médias (Arte y Medios) et d’Art, Entreprise et Marché (Arte, Empresa y Mercado) à l’USAL. Rosso a été un membre active de l’Instituto de Investigación y Experimentación de en Arte y Crítica (IIEAC) de l’Université Nationale des Arts entre 2018 et 2022, dont elle a également fait partie du Comité Académique. Depuis 2016, elle étudie l’expérience des visiteurs dans les musées d’art moderne en menant un travail de terrain dans des musées d’Europe et des Amériques. Ses recherches ont été présentées lors de conférences internationales et publiées dans des revues spécialisées en anglais, espagnol et français.

Elise SCHÜRGERS a dans un premier temps donné cours en tant qu’assistante au département de Langues et littératures romanes de l’Université de Liège (2016-2020) et a alors consacré ses recherches à la question des points de vue énonciatifs dans l’œuvre de Flaubert, principalement autour des motifs du regard et de la violence. Elle prépare à présent une thèse (bourse FNRS-FRESH) consacrée au discours médiatique portant sur les « fake news ». Le projet combine une description de la trajectoire formulaire du syntagme avec l’étude d’une modélisation rhétorique des discours cadrant ce phénomène, tout comme il s’interroge sur l’ouverture de perspectives critiques inspirées de notions telles que le « cynisme » ou la « fabulation ». Ses travaux en analyse du discours se nourrissent ainsi d’une attention aux modalités énonciatives et argumentatives des textes, à leurs dimensions implicites, pathémiques, figuratives et narratives, ce travail répondant à un intérêt de recherche général pour la façon dont la mobilisation de ressources linguistiques travaille des parcours de sens et des systèmes de valeurs dans un état de société donné.

François-Xavier SURINX est titulaire d’un master en langues et lettres françaises et romanes, dans les finalités didactique et spécialisée en analyse et création de savoirs critiques. Après avoir occupé un poste de maitre-assistant à la HEPH Condorcet, il a entrepris depuis février 2023 un doctorat (bourse FNRS-FRESH) consacré à la catégorisation générique des œuvres vidéoludiques. En partenariat avec le département Son, vidéo, multimédia de la Bibliothèque national de France, le projet consiste à comprendre les mécanismes régulant la création et la légitimation d’étiquettes génériques dans le discours des joueurs afin de faciliter l’accès au fonds dédié de la BnF. Également membre du Liège Game Lab, ses intérêts de recherche relèvent à la fois de la sémiotique, de la rhétorique et des sciences du jeu.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search