“Rhétorique de la ville”

PDR F.R.S-FNRS (2020-2024, Fr. Provenzano / A. Lansmans)

Cette recherche poursuit trois objectifs majeurs, le premier empirique, le deuxième contrastif, le troisième théorique.

Sur le plan empirique, l’objectif est de construire une cartographie des sites de parole dans l’espace public urbain, à partir du terrain que constitue le centre-ville de Liège. Il s’agit d’un recensement exhaustif et typologique des pratiques sémio-linguistiques qui structurent la ville, en considérant principalement leurs supports et leurs caractéristiques énonciatives et pragmatiques.

Sur le plan contrastif, l’objectif est de comparer la description construite à partir de Liège à d’autres cas d’étude, selon des variables géo-culturelles et en fonction des partenariats établis (Mons, Lyon, Coventry, São Paulo). Sur le plan théorique enfin, l’objectif est de dégager un socle épistémologique cohérent pour intégrer au cadre des études urbaines les pratiques sémio-linguistiques. Ce socle sera envisagé à partir du corps conceptuel de la rhétorique.

Le postulat de départ du projet considère que les usages sémio-linguistiques qui se déploient dans l’espace public urbain ont notamment pour fonction de porter au jour les conflits de sémiose dont la ville est le lieu.

Les affiches militantes de Mai 68, les pratiques de barbouillage anti-publicitaire, ou encore les expérimentations formelles portées par une revue de « critique urbaine » ont pour point commun de constituer des sites de parole, qui mettent en oeuvre des cultures rhétoriques spécifiques. Ces pratiques visent en effet à reconnaître l’espace public (urbain) non uniquement comme infrastructure matérielle, mais aussi comme espace de délibération, ou plus précisément comme espace de délibération parce que inscrit dans des infrastructures matérielles qui autorisent des écarts, des appropriations, des parasitages, des superpositions, c’est-à-dire qui rendent possible l’émergence de positions énonciatives a priori non prévues, ou peu prévisibles, et pourtant audibles, recevables précisément par la valeur de contrariété qu’elles assument.

Dire qu’on peut saisir l’espace public en tant que lieu de discours en conflit, lieu qui théâtralise la conflictualité des discours, c’est dire aussi que cette conflictualité ne porte pas uniquement (en tout cas pas prioritairement) sur des systèmes de valeurs, sur des contenus sémantiques par rapport auxquels il y aurait adhésion ou désaccord, mais aussi (et peut-être surtout) sur des dimensions situées en-deçà des contenus assertés, c’est-à-dire tout particulièrement sur des matérialités d’inscription (lieux, supports) et sur des stratégies énonciatives.

En outre, ces conflits de sémiose sont solidaires d’une définition politique des formes de conflictualité sociale qui constituent l’espace public : ils produisent des subjectivités, ils font émerger des valeurs, ils (re-)sémantisent l’expérience collective. Les régimes de discursivité en vigueur dans telle communauté sémiotique définissent quelles sont les positions énonciatives légitimes, quelles formes d’énoncés sont attendues, autorisées, censurées, valorisées, sur quels supports, à quels endroits ; décrire ces régimes de discursivité, c’est donc bien cartographier aussi l’espace du pouvoir (et du contre-pouvoir). Les modalités d’articulation entre une théorie du discours dans l’espace public, une théorie politique du social et une topographie des sites de parole constituent la culture rhétorique d’un état de société. S’il y a bien une « politique urbanistique » qui s’expriment à travers des choix d’aménagements ou de qualification des espaces, il y a aussi une infra-politique urbanistique qui se joue, c’est-à-dire se performe, à même les cultures rhétoriques en tension dans l’espace public urbain. Les tâches d’une étude des cultures rhétoriques sont : une prise en compte des conditions matérielles de la circulation des discours dans l’espace public urbain ; une mise en évidence des formes prégnantes qui saturent l’interdiscours de telle communauté sémiotique ; une mise en évidence des topiques qui assurent la lisibilité de ces formes et qui les situent dans des axiologies partageables ; une lecture qui articule ces théories (plus ou moins locales) du discours dans l’espace public à des théories politiques du social, qui en souligne la nature dissensuelle, conflictuelle, mette en lumière ses effets de domination, la manière dont ils sont gérés institutionnellement et dont ils s’ajustent (ou pas) à une topographie des sites de parole.

Parler de conflits de sémiose et de cultures rhétoriques, c’est aussi inviter à dépasser la face proprement linguistique des activités de parole dans l’espace urbain, pour considérer plus largement que ces espaces font sens aussi par les formes architecturales, artistiques qui les habitent, ou par les formes de vies qui les parcourent. Il s’agit en somme d’appliquer sur le plan sémiotique le constat que les sociolinguistes urbains appliquent sur le plan linguistique : de même que la ville plurilingue expose aux conflits de langues, on peut dire que la ville plurisémiotique est un lieu de conflit de sémioses.

Le projet se propose donc d’étudier les inscriptions urbaines en tant qu’elles permettent d’interroger le continuum stylistique entre les propriétés des unités graphiques des inscriptions, d’autres dimensions sémiotiques constitutives de l’urbain (pratiques de déambulation piétonne, codes architecturaux, ambiances sonores, sites remarquables, etc.), et les valeurs associées plus globalement à l’identité de la ville dans son ensemble.

La perspective d’analyse est sémio-rhétorique. Le volet sémiotique se veut attentif en particulier aux matérialités des supports investis par les inscriptions urbaines, à leur place dans la topographie de la rue, ainsi qu’aux régimes énonciatifs qui sont associés à la sémiose des inscriptions de rue. Le volet rhétorique entend quant à lui éclairer le lien entre ces propriétés sémiotiques et leur portée délibérative dans l’espace public urbain, c’est-à-dire la manière dont elles peuvent servir à apprécier la cohérence et la pertinence axiologiques dudit espace.

Le cas de Liège semble à cet égard particulièrement intéressant, dans la mesure où il témoigne actuellement d’une tension entre, d’une part un mouvement de légitimation institutionnelle du street art, associé à un lissage stylistique des inscriptions urbaines sous l’effet d’une politique de city-branding, d’autre part une vivacité toujours importante des dimensions subversives des écrits de rue, associée quant à elle à la variété formelle de l’environnement sémiotique liégeois.

Voir aussi : https://ecolelyonville.sciencesconf.org/